#

L'histoire

Un petit être bidouilleur de génie bricole des machines derrière son énorme établi d’où il dépasse à peine. Un jour, une créature qui lui ressemble entre dans son atelier : elle a besoin d’un réparateur pour sa machine en panne. Il tombe instantanément amoureux et lui propose de revenir le lendemain, mais n’ose la raccompagner à la porte au grand désarroi de la belle. Il ne se décale de son établi que lorsqu’elle est sortie et dévoile sa silhouette sur roues, dépourvue de jambes. Pour lui plaire, il décide alors d’axer ses recherches sur la construction de jambes mécaniques. Parviendra-t-il à ses fins ou devra-t-il lui dévoiler sa vraie nature, au risque de faire fuir sa bien-aimée ?

Note d'intention

"Au début de ma carrière, alors que j’étais encore technicien du spectacle, j’ai eu l’occasion de travailler avec une troupe de théâtre formée de résidents d’un foyer CAT (Centre d’Adaptation par le Travail). Je les avais rencontrés lors d’un festival de théâtre amateur durant lequel je m’étais surpris, à la vue de leur spectacle, à oublier leur handicap, tant la scénographie et la mise en scène les avaient intégrés dans une logique dramatique.

J’ai eu ensuite la chance qu’ils me proposent de faire leur création lumières et de les suivre en tournée. Notre collaboration a duré plusieurs années durant lesquelles j’ai vu à quelle point le théâtre pouvait être un facteur d’intégration et de reconnaissance des personnes telles qu’elles sont. Mieux que ça, le théâtre a le pouvoir non seulement de mettre en avant des qualités, mais de sublimer nos défauts, de transformer une infirmité en caractère.

Lorsque j’ai commencé la mise en scène, je me suis dit qu’un jour je parlerai de cette histoire, de la place de la personne handicapée dans la société, de notre regard sur elle, de son combat permanent pour l’intégration. Mais avant ce jour, je n’avais pas trouvé le biais qui à mes yeux fonctionnait, restait suffisamment pudique et efficace sans manquer de respect.

Puis il y a eu la marionnette, outil théâtral de tous les possibles, créant la distance nécessaire pour accepter certains discours. Et puis enfin, la découverte de la robotique, de toutes les possibilités que la science aujourd’hui met à notre portée pour transformer nos vies et celles des personnes nécessiteuses.

En mêlant les deux, j’ai trouvé la possibilité de créer des images fortes et évocatrices ayant la faculté de rendre tout discours inutile, d’éviter d’énoncer des lieux communs ou de tomber dans le pathétique.

J’ai voulu que ce spectacle s’adresse à tous les publics dès le plus jeune âge car je suis convaincu que c’est par les enfants que le monde changera et plus tôt on s’adresse à eux, plus vite les différences s’oublient.

« Bidouille Ex Machina » est finalement l’aboutissement de plus de 20 ans de maturation d’un thème qu’il me semblait impossible de ne pas aborder sur un plateau."

Ivan Pommet, metteur en scène


Thématiques traitées

« Bidouille Ex Machina » traite le thème du handicap, de la différence et de leur acceptation. Être différent ne signifie pas forcément devoir changer pour ressembler aux autres mais s’accepter et se faire accepter. C’est pourtant par le regard des autres que l’on existe et l’attention qu’ils nous portent permet de nous intégrer au groupe tout en étant tels que nous sommes.

Parallèlement, c’est un questionnement sur la notion de création et de créateur, et sa réelle responsabilité au monde. Le créateur n’a de cesse de vouloir apporter sa contribution à l’évolution du monde et apporte de ce fait un regard critique sur ce qui est convenu.

Pourquoi a-t-on autant le besoin d’inventer ? Le monde est-il si imparfait tel qu’il est pour que nous cherchions sans cesse à l’améliorer, voire le changer ? De même, inventons-nous vraiment ou ne faisons-nous que guider l’évolution ?


Références

« Bidouille Ex Machina » est une allégorie, mélange de « Pinocchio » et « Frankenstein », très inspirée d’« Edward aux mains d’argent ». Ce dernier est un conte de fées moderne où le héros, conçu encore imparfait, doit sortir de son isolement à travers un parcours initiatique afin d'opérer sa métamorphose pour s’intégrer totalement, ou choisir la solitude pour échapper à une société qui ne peut l’accepter tel qu’il est.


La forme

C’est un mélange de théâtre d’objets et d’acteurs, marionnettes, automates et robots, avec construction et manipulation à vue, où le plus simple des bricolages côtoie la technologie de pointe.

Une table servant à tout, établi, plan de travail, divan… entourée d’étagères débordant d’outils, de bazar, de bricolages en cour ou déjà obsolètes, de jouets construits de bric et de broc, d’assemblages improbables de fer blanc et de bois.

Sur cette table évoluent des créatures toutes plus étranges les unes que les autres, certaines ayant la capacité de se déplacer seules, d’évoluer en autonomie. Elles interagissent avec la marionnette et créent des situations dramatiques, comiques ou sensibles, de véritables dialogues visuels.


#